jeudi 24 janvier 2008

Bousiller une vie en quelques clics

L’an dernier, Élisa* a vécu un cauchemar. La jeune fille de la polyvalente Mgr Richard sortait avec un garçon, quand la clique d’amis d’une fille jalouse lui a consacré une page sur le site de réseautage Piczo. «Pute. Salope», pouvait-on lire. «Retourne dans ton pays.»
Léa a aussi voulu mourir de honte à cause d’informations qui ont circulé à son sujet sur Internet. Elle a même décidé de changer de polyvalente en pleine année scolaire. Sous l’effet de l’alcool, la jeune fille de 14 ans s’était photographiée toute nue.

La cyberintimidation se fait de plusieurs manières. Des rumeurs peuvent être lancées sur des sites de réseautage comme MySpace, Facebook ou Piczo. Les jeunes se menacent et s’injurient aussi sur les blogues, les chats, sur MSN ou via les textos des cellulaires. Une multitude de cas ont été racontés à La Presse.


Sur l’internet, les jeunes peuvent bousiller la vie d’un camarade en quelques secondes et quelques clics...

Des filles de 12 ans mettent en ligne des photos où elles posent avec un air sexy. D’autres jeunes y parlent de leurs états d’âme à livre ouvert. Mais Piczo n’est pas un journal intime. C’est un site dont les informations sont publiques.

Alors faites lire ces informations aux jeunes gens car ce retrouver en mauvaise posture cela n'arrive pas qu'aux célébrités....

2 commentaires:

Rosie a dit…

Ah! les jeunes ce qu'ils sont durs entre eux.

Oui, les cyber-images pornaux sur internet, il faut une surveillance parentale, ici, nous avons cette option avec nos distributeurs d'internet.

Merci de la sensibilisation que tu fais.

Bon vendredi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

Cendra a dit…

J'ai une amie qui a une fille, 19 ou 20 ans je sais plus. Elle me raconte de ces trucs !!!

D'ailleurs, à faire savoir aussi :
il parait que non seulement ils utilisent la "drogue du violeur" mais qu'il y associent aussi une pilule.... pour chatte ! très cancérigène.

J'ai été horrifiée d'entendre ça !